Premier cours

Mardi 20 août 2019

Le premier cours

(sans tatamis)

Vous étiez une dizaine pour cette découverte. Certains déjà convaincus, en tenue (parfois sans ceinture), d’autres pas encore certain, avec une tenue souple.

Le cours débute toujours le salut vers le Kamiza [1].

Puis l’échauffement physique et avant cet échauffement, une préparation plus "mentale", basée sur la respiration ventrale, assis en seisa (cf article sur l’étiquette).

La découverte de l’articulation du poignet.

(le sien dans un premier temps, celui de son partenaire au cours de la séance).

Les 5 principes, ikkyo, nikkyo, sankyo, yonkyo, gokyo. Voilà c’est écrit. Reste à trouver la bonne position des mains. Des photos valent mieux que de longs discours. Cependant, un point essentiel pour les saisies. Elles comportent 3 points de contacts, le petit doigt, le pouce et la paume de la main, si un des ces points manquent, la saisie ne sera pas optimum.

Cet échauffement est articulaire. Sur les imobilisations, les articulations des membres supérieurs sont sollicitées.

Voici en image les 4 saisies travaillées à chaque échauffement.

ikkyo nikkyo
kote-gashi sankyo

Puis une préparation aux chutes, arrières, avant... cela fera l’objet d’un autre article tant il y aurait à écrire à ce sujet.

Et enfin, l’aïkido, les techniques (bien que l’aïkido débute dés que vous étes dans la salle, dans le vestiaires, à enfiler le keikogi (et non pas un kimono) et nouer la ceinture, sont autant de préparation à la pratique).

Premiére technique : gyaku katate dori

Notre corps est composé d’un tronc, de membres supérieurs, inférieurs (par paire) et d’une tête. Pourtant, dans la pratique de l’aïkido, nous ne savons plus comment nous sommes faits. Le regard reste fixé sur la main, les pas sont hésitants. Même dans le dojo, nos mains sont situés au bout de nos bras, nous devrions marcher normalement, même face à un partenaire.

gyaku katate dori : c’est la saisie d’un poignet avec la main correspondante. La main droite de uke [2] saisit le poignet droit de tori [3].

Prise de conscience de la distance (ma-aï), de la liberté de mouvement de tori, malgrès la saisie.